Ain

Haut-Bugey

Copyright 2020 | Contacts | Plan du site | Facebook |   

Les parcelles communales

Epicéa de Nerval

La vente de bois

La vocation première de la forêt est la production de bois d’œuvre.Les cours du bois ont chuté depuis 30 ans, aggravés par la tempête de 1999 qui avait fait 2060 m3 de chablis sur Martignat. En 1980, le prix du m3 de résineux était de 800 francs. En 2001, le prix de ce même m3 est descendu à 250 francs. Aujourd’hui (ventes 2015), il n’a été d’environ que de 40 € (soit 270 frs) pour nos bois.      Sa gestion  Sa gestion est assurée par l’Office National des Forêts (O N F). Notre Agent Patrimonial, Patrick TROMBERT est en poste depuis 22 ans.Chaque année, en plus des coupes de bois, l’ONF nous propose un programme de travaux :

Travaux sylvicoles

• Depuis 1994, 320 ha ont été parcourus en dégagement de semis naturels de résineux et feuillus. Cette opération apporte de la lumière aux jeunes arbres et permet aux graines de sortir de terre. Il s’agit d’une opération primordiale car elle assure le renouvellement des vieilles forêts.
• Après une plantation, il faut dégager les jeunes plants. Cela nécessite entre 2 et 5 passages avec des débroussailleuses ou des tronçonneuses. 


Travaux touristiques

Entretien des aires d’accueil et de zones touristiques, épicéa de Nerval par exemple. Travaux de maintenance : entretien de dessertes, du parcellaire (limites de parcelles), du périmètre (limites communales), ….

Sa situation 

Elle est située dans le Haut- Bugey qui regroupe 65 communes forestières (19 000 ha de forêts). Elle s’étend sur les deux versants est /ouest de la vallée du Lange.Elle repose à 85% sur des calcaires compacts qui donnent des sols filtrants et secs ayant une faible rétention d’eau, donc sensibles aux sècheresses prolongées.  Sa surfaceElle couvre  626 ha, 99 a, 23 ca situés entre 600 et 986 mètres  Ses essencesLa forêt est composée de :45% de sapins, 27% d’épicéas, 7% de hêtres, 7% de chênes, et 14% d’autres feuillus (tilleuls, charmes, frênes, érables, sycomores, alisiers, trembles …).

Son histoire

Son histoire   De 1250 à 1855, la forêt de Martignat a appartenu à différents fiefs.  En 1250 la forêt appartenait à un fief bourguignon, elle fut donnée en dot à Humbert III, sire de Thoire et de Villars. Les habitants de Martignat en détenaient des droits d’usage.Puis Humbert VII en 1402 la vend à Amédée VIII, Comte de Savoie.  A partir de 1601, la couronne de France reçoit le Bugey, le Valromey et le pays de Gex. A diverses époques, les seigneurs de Montréal s’attribuent la forêt de Martignat.  En 1757, Charles Louis Douglas acquiert le fief de Montréal.   En  1845, un jugement du tribunal de Nantua attribue les 2/3 des bois communaux à Martignat.    En 1855, la famille Douglas vend le dernier tiers à la commune au prix de 100 000 Francs.

La forêt communale

Photos de renouée asiatique

Lutte contre la renouée asiatique

Depuis plusieurs années, nous essayons de lutter contre l’envahissement de la renouée asiatique sur deux zones en bordure de routes forestières.Chacun doit veiller à ne pas déposer de terre contaminée dans le milieu naturel afin d’éviter la propagation des espèces invasives (renouée, ambroisie, érable negundo, …)